14.06.2018

Journée de collecte pour les Rohingya : la somme des promesses de dons a été doublée. Merci !

Trois semaines après la journée nationale de collecte en faveur des Rohingya, les sommes versées s’élèvent à 6’115'307 francs. Nous vous remercions de tout cœur.

Deux fois plus de dons reçus

Le 23 mai, nous avons organisé en collaboration avec la SSR et les radios privées une journée nationale de collecte en faveur des Rohingya réfugiés au Bangladesh. À minuit, le montant des promesses de dons s’élevait à 3’025’262 francs.

Trois semaines après l’opération, nous avons déjà reçu le double de cette somme. Cela montre l’incroyable solidarité de nos donatrices et donateurs, sur lesquels nous pouvons compter au nom des personnes touchées par les crises et les catastrophes.

La mousson fait ses premières victimes

Cet argent est grandement nécessaire au Bangladesh, car la mousson vient de faire ses premières victimes et causer de grands dégâts aux abris, aux postes de santé et aux latrines.

Nous ne nous attendions pas à recevoir deux fois plus de dons que prévu. Une fois de plus, la population suisse met la barre très haut en matière de solidarité et on peut supposer qu’elle va encore la relever au cours des semaines qui viennent.
Tony Burgener, directeur de la Chaîne du Bonheur

Merci !

Nous tenons à remercier toutes nos donatrices et tous nos donateurs pour ce résultat extraordinaire. Notre gratitude va aussi à tous ceux qui ont participé d’une manière ou d’une autre à la journée de collecte : le Président de la Confédération, Alain Berset, les bénévoles, les collaborateurs de la RTS, SRF, RTR, RSI, Swisscom et des radios privées, les humoristes, les influenceurs et les célébrités.

Où vont vos dons?

À l’heure actuelle, huit organisations humanitaires bénéficient déjà du soutien de la Chaîne du Bonheur : Caritas Suisse, l’EPER, Helvetas, Medair, la Fondation Hirondelle, Save the Children, la Croix-Rouge suisse et Terre des Hommes – Aide à l’enfance. Les dons supplémentaires permettront d’atténuer les conséquences de la mousson et de réparer les dégâts causés. Concrètement, au cours des prochains mois, les équipes consolideront des abris, préviendront les épidémies, assureront l’accès aux soins médicaux, notamment aux personnes malnutries, et aideront les enfants à surmonter le traumatisme qu’ils ont subi.