06.01.2020

Haïti 10 ans après : Que sont devenues les victimes du séisme ?

Une décennie de leur vie a été marquée par le séisme qui a frappée Haïti en 2010. Les victimes ont vécu le choc de la catastrophe, les proches disparus, la dévastation. Elles ont aussi dû reprendre leur quotidien dans un contexte difficile. Comment se relever d’un séisme dont les effets sociaux, économiques et environnementaux se sont fait sentir encore des années après ? Rencontre avec trois Haïtiennes, pour qui l’aide de nos ONG partenaires a fait la différence.

Yvelaine, l’écolière rescapée devenue cheffe de cuisine

« Au moment du tremblement de terre, j’étais en route pour l’école. J’avais 10 ans. La maison n’était plus qu’un décombre. Nous utilisions des draps comme toiture, nous n’étions pas protégés contre le vent et la pluie et nous manquions aussi de nourriture ». Orpheline avant la catastrophe, la jeune Haïtienne a pu surmonter les lendemains du séisme grâce au centre d’appui familial soutenu par notre ONG partenaire Terre des hommes – aide à l’enfance. « Nous recevions chaque jour un plat chaud et de l’eau », se souvient Yvelaine. Plus tard, la jeune fille a continué de se rendre au centre pour y suivre des formations. « J’y ai appris à savoir comment se protéger. Il y avait des bandits et beaucoup de jeunes filles étaient victimes d’abus ». Grâce à vos dons, Yvelaine a aussi obtenu un diplôme de cheffe de cuisine. « Pour l’instant je ne travaille pas à plein-temps, mais il m’arrive souvent de préparer des recettes pour des particuliers lors de réceptions. J’ai réalisé un de mes rêves en devenant cuisinière-pâtissière. » Yvelaine fête ses vingt ans cette année.

Chantanne, une nouvelle vie grâce à l’élevage de lapins

« Le jour du séisme je sortais juste de mon jardin où j’étais en train de planter des choux. J’ai perdu des membres de ma famille et des amis », raconte Chantanne, 39 ans, mère d’un jeune homme de 18 ans. « Beaucoup de choses ont changé depuis le séisme de 2010. La vie est difficile mais l’assistance nous a vraiment aidé à refaire nos vies ». Chantanne a participé aux projets de reboisement dans sa zone et, avec l’aide de notre ONG partenaire Caritas, a pu commencer un élevage de lapins et diversifier son activité de jardinière. « J’ai été bénéficiaire de six lapins, ils se sont reproduits et j’en ai donné six autres à une nouvelle famille. C’est une bonne nourriture pour les gens qui ont le diabète et les enfants souffrant de malnutrition. L’élevage de lapins, c’est un nouveau mode de vie. »

« Depuis 2010, je suis femme maçonne »

« Suite aux tremblements de terre de 2010, notre maison a été complètement détruite et nous avons perdu tout notre bétail, je vivais chez mes parents à l’époque, nous n’avions pas d’argent », se souvient Bellany. Le groupe d’épargne créé par notre ONG partenaire Helvetas peu après la catastrophe naturelle qui a dévasté Haïti a aidé la jeune femme et sa famille à s’en sortir. Bellany a reçu une formation de l’ONG sur les techniques de construction des latrines qui lui permet de vivre de cette activité aujourd’hui, tout en aidant sa communauté. « Ainsi depuis 2010 je suis femme maçonne », raconte la jeune femme. « Je fais aussi de la sensibilisation pour les familles avec qui nous travaillons pour leur expliquer comment utiliser les latrines », poursuit Bellany. « En parallèle, je développe un projet d’épargne. J’ai trois groupes sous ma responsabilité. Mon épargne, je la laisse de côté pour pouvoir construire ma maison. J’attends un enfant, je pourrai m’assurer de son avenir ».