05.05.2020

Coronavirus : l’impact de votre don en Suisse

Plus de 35 millions de francs de dons nous sont maintenant parvenus pour soutenir les personnes les plus affectées par les conséquences de la pandémie de coronavirus en Suisse. Quel est concrètement l’impact de vos dons ? Découvrez ci-dessous des témoignages et des exemples de l’aide apportée.

Où vont vos dons ?

Pour que vos dons deviennent une aide concrète en faveur des personnes qui subissent de plein fouet les répercussions économiques et sociales du Covid-19, nous collaborons avec des organisations suisses expérimentées qui nous soumettent des projets. Ces projets sont examinés par des experts indépendants afin de s’assurer qu’ils répondent de manière pertinente aux besoins des personnes en détresse. Jusqu’à aujourd’hui, nous soutenons 40 organisations suisses et nous analysons plus d’une centaine de nouveaux projets.

Qui sont les personnes les plus vulnérables face au Covid-19 ?

Personnes et familles en difficulté financières

Des personnes et des familles vivant dans la précarité avant la pandémie se trouvent aujourd’hui dans une situation financière encore plus difficile. En effet, elles font face à des défis extraordinaires, en premier lieu la perte massive, parfois totale, de leurs revenus. À cela s’ajoute pour beaucoup des frais nouveaux, comme reprendre en charge leur enfant avec handicap qui vivait en école spécialisée ou s’équiper d’un ordinateur pour que leur adolescent puisse suivre l’école obligatoire à domicile, sous peine de décrochage scolaire qui prétériterait son avenir. Découvrez ci-dessous quelques-uns de ces pans de vie :

« En ce moment, tout est si grand et si incertain. Partout où j’appelle, ils ne savent pas non plus comment m’aider. Personne ne peut faire disparaître cette insécurité. C’est pourquoi, j’appelle maintenant Caritas. » Andrea F.

Andrea F. vivait déjà avec ses deux filles en dessous du seuil de pauvreté. Suite à la pandémie de coronavirus, elle est actuellement au chômage partiel et doit renoncer à 20% de son salaire de coiffeuse normalement versé. Notre ONG partenaire mandatée Caritas Suisse examine maintenant la situation financière de Mme F et pourra l’aider à disposer du minimum vital grâce à notre collecte et à votre soutien !

« Ma famille et moi voulons vous remercier pour votre travail et pour toutes celles et ceux qui ont donné des dons. Merci, merci, merci, je ne trouve pas les mots pour exprimer notre gratitude. Simplement merci de tout cœur d’être humain à être humain. » Marc

Membre d’une famille de quatre personnes, Marc peine à trouver du travail en tant que jardinier, travail qu’il effectue sur appel. Sa femme contribue au revenu en travaillant partiellement. Mais aujourd’hui, elle doit également s’occuper des enfants parce que les grands-parents ne peuvent plus le faire. Avec les revenus actuels, ils ne peuvent plus gérer les grosses factures en suspens avant la pandémie.
Nous collaborons avec « Le Secours suisse d’hiver » afin que l’organisation puisse soutenir les familles qui traversent actuellement des moments extrêmement difficiles.

« En tant qu’employée de nettoyage au salaire horaire, j’ai été temporairement privée de tous mes emplois. Je ne savais pas comment payer le loyer et l’assurance maladie. Grâce aux dons de la Chaîne du Bonheur, l’agence de placement de l’OSEO (Etcetera) est en mesure de me verser la perte de salaire du mois de mars. » E.S., Suissesse, 57 ans

Grâce à vos dons, nous collaborons avec l’OSEO qui peut apporter un soutien financier aux personnes en précarité lors de la crise du coronavirus. L’OSEO a également pu par exemple distribuer 124 ordinateurs à des familles dans le canton de Neuchâtel.

Personnes âgées ou personnes avec handicap

Les personnes âgées, considérées comme personnes à risque, doivent rester chez elles, et se trouvent ainsi isolées et dépendantes d’une aide extérieure. L’isolement frappe aussi les personnes avec handicap. Certaines de ces personnes avec handicap psychique ne réalisent pas ce qu’est le coronavirus et la crise autour, elles ne comprennent pas pourquoi il n’est plus possible de sortir comme avant. Cela devient très dur à gérer pour leurs familles qui s’en occupent. Voici quelques exemples :

« Je suis tellement heureuse que les bénévoles de la Croix-Rouge suisse effectuent des achats à ma place. Et sans l’aide financière, je ne sais pas comment j’aurais pu survivre ces dernières semaines. » Elsbeth N.

C’est parce que vous êtes solidaires que nous pouvons soutenir notre ONG partenaire la Croix-Rouge suisse qui effectue des livraisons à domicile et offre un soutien financier aux personnes les plus affectées.

« Je dois enseigner et je ne sais pas comment le faire. Chaque enfant a des exigences différentes et ils sont trois ! » Monique R.

Monique est une mère célibataire et s’occupe de ses trois enfants qui souffrent tous d’autisme et de TDAH (Trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité). Alors que l’école pédagogique à laquelle ils se rendent habituellement a fermé ses portes à cause du coronavirus, Monique doit maintenant enseigner à ses enfants de sept, douze et seize ans tout en tenant compte des exigences de chacun. Grâce à vos dons, nous soutenons Pro Infirmis pour que l’organisation spécialisée puisse maintenir et consolider ses programmes d’aide.

Entretien Avec Benoît Rey de Pro Infirmis

Quelles difficultés peuvent rencontrer les personnes en situation de handicap lors de la pandémie de coronavirus ?

Nous avons contacté Benoît Rey de Pro Infirmis pour qu’il nous explique l’impact de vos dons au sein de leur structure. Pour la mise en oeuvre de l’aide, la Chaîne du Bonheur collabore avec Pro Infirmis pour que l’organisation intensifie son soutien aux personnes en difficulté.

Personnes sans domicile fixe

Les personnes qui vivent dans la rue font aujourd’hui face à encore plus de difficultés qu’auparavant. Où trouver refuge quand les lieux publics et certains centres d’hébergement ont dû fermer ? Comment se nourrir ? Nous finançons les projets d’organisations qui viennent en aide à ces personnes et leur offrent un refuge.

« L’histoire de Fabienne m’interpelle car elle montre à quel point les sécurités sociales supposées immuables sont instables. La crise du Coronavirus pourrait rendre cette réalité encore plus évidente et visible. »  Stefan Haun, responsable de l’accueil de l’association « Pfarrer Sieber »

Personne n’est à l’abri de la chute. Comme le montre l’exemple de Fabienne. Elle a été élevée dans une famille riche, est devenue une banquière à succès et habitait à « Zürichberg », le synonyme de la réussite sociale. Puis, une crise des affaires et la perte de son mari, l’ont fait complètement dévier de sa voie. La « Langstrasse », un point social chaud de la ville est devenu le centre de sa vie. Après sa chute, Fabienne a trouvé chez « Pfarrer Sieber » des personnes qui, avec beaucoup de patience, l’ont aidée à retrouver un niveau de vie minimal.

 

« Aujourd’hui S vient déjeuner au Bateau tous les matins et c’est pour lui un des derniers lieux de repère. Rien n’est plus comme avant depuis le début de cette crise et pour les personnes instables trop rares sont les structures qui peuvent continuer à garantir un accueil inconditionnel. » Claire, collaboratrice du Bateau Genève.

L’association « Bateau Genève » joue un rôle essentiel à Genève en distribuant de la nourriture aux personnes démunies. Grâce à votre solidarité, nous soutenons cette association pour qu’elle puisse maintenant et renforcer ses activités.

Tous ces soutiens sont possibles grâce à vos dons.

Merci, car nous le faisons ensemble !