Les femmes dans les crises oubliées

Violence, accès défaillant aux soins médicaux, incertitude sur l’endroit où se trouvent leur mari ou leurs enfants et sur leur état de santé : c’est dans ces conditions adverses que les femmes des régions en crise sont contraintes de vivre jour après jour, loin des yeux du monde. Nous leur dédions notre 250ème collecte afin de les aider à devenir des actrices autonomes de leur communauté. Merci de tout cœur pour votre solidarité !

Faire un don

Être une femme dans un camp de réfugiés en Somalie, dans un quartier contrôlé par les gangs au Salvador ou sous les bombardements au Yémen, c’est courir le risque d’être oubliée deux fois.

Une première fois parce que ces crises frappent à l’écart de l’attention du monde.

Les médias n’évoquent que rarement ces situations extrêmes et leurs conséquences pour la population, en particulier pour les femmes.

Et une seconde fois car les systèmes et les cultures sont majoritairement axés sur les besoins et les priorités des hommes.

Ainsi, les alertes en cas de catastrophe naturelle ne parviennent pas à de nombreuses femmes car celles-ci, dans certaines cultures et certains contextes, n’ont accès ni à la radio ni à la télévision.

Les programmes d’assistance humanitaire essaient de remédier à ce déséquilibre en élaborant une aide calibrée pour les femmes et en s’attachant à cibler leurs besoins spécifiques.

Dans les crises, les conflits ou au lendemain de désastres naturels, ce sont en effet les femmes qui, dans leur grande majorité, supportent les conséquences physiques, psychologiques, sociales et économiques des événements.

Elles se retrouvent souvent sans leur mari, seules pour élever leur progéniture et d’autres enfants vulnérables qu’elles ont recueillis.

Elles doivent les nourrir, leur procurer des soins médicaux et payer le logement, et font de la sorte passer leurs besoins et leurs soucis personnels au second plan.

Actrices de l’aide humanitaire

Nous avons très à cœur que les femmes dans les crises ne soient plus seulement perçues comme des victimes des circonstances. Les femmes confrontées à ces situations se révèlent être des actrices de premier plan qui s’investissent sans compter pour leur famille et leur communauté.

Loin de se cantonner au rôle stéréotypé de gardienne de la famille, elles occupent une fonction essentielle dans la restauration des moyens de subsistance, la génération de revenus, la gestion des aides en espèces versées par les ONG, la mise en place et l’animation de structures d’éducation et de formation, ainsi que dans la communication et la lutte en matière de droits des femmes.

« Les femmes assument des fonctions clés dans les crises : elles veillent à la survie de la famille, s’investissent pour la communauté, gèrent l’aide allouée en nature ou en espèces. Elles deviennent des actrices de premier plan de l’aide humanitaire et nous voulons les renforcer dans ce rôle. »
Aurore Geiser, Responsable de Programmes humanitaires, Chaîne du Bonheur

Les actualités ont une vie de plus en plus courte, ce qui signifie que les crises disparaissent de nos consciences toujours plus rapidement. Les crises qui ne rencontrent pas d’écho médiatique n’ont aucune existence aux yeux de nombreuses personnes.

À l’occasion de notre 250ème collecte, nous avons décidé de sensibiliser le public à ces réalités méconnues en mettant tout particulièrement les femmes en lumière.

Les contextes que nous avons sélectionnés ont été peu couverts par les médias au cours des derniers mois. Nos ONG partenaires y sont présentes et mènent des projets sur place.

Le terme de « crises oubliées » que nous utilisons renvoie donc aux crises et contextes ci-après :

  • Afrique : Congo (RDC), République centrafricaine, Nigeria, Somalie, Niger, Burkina Faso, Mali, Cameroun, Burundi, Soudan
  • Asie : Afghanistan, Pakistan, Myanmar
  • Amérique latine : Salvador, Nicaragua, Honduras, Venezuela / Colombie (réfugiés)
  • Europe : Grèce (réfugiés) et Ukraine
  • Moyen-Orient : Gaza, Syrie, Liban, Jordanie, Libye, Irak, Yémen

 

Comment votre don est utilisé

Nos ONG partenaires ont une grande expérience de l’aide humanitaire et opèrent déjà dans les crises et contextes mentionnés. Les projets que nous financerons avec votre don devront mettre l’accent sur les femmes et leurs besoins et s’adresser directement à elles.
Parmi toutes les demandes de financement que nous recevrons de nos ONG partenaires dans le cadre de la collecte, nous approuverons par conséquent celles qui prendront en compte les besoins des femmes de façon spécifique et innovante. Les projets pourront porter sur les domaines suivants:

  • Santé
  • Accès à l’information
  • Défense des droits
  • Protection contre la violence
  • Aide financière

Aide en Suisse

Cette 250ème collecte est l’occasion de rappeler qu’il existe aussi en Suisse des femmes confrontées à des difficultés et qui ont tout autant besoin de notre soutien.

Aussi avons-nous prévu d’utiliser un tiers de l’argent que nous collecterons pour venir en aide à des femmes en situation de détresse en Suisse (violence domestique, conflits familiaux, problèmes psychiques et autres) qui ont trouvé refuge dans une maison d’accueil ou d’autres institutions.

Grâce à votre don, ces femmes, mères pour la plupart, pourront reprendre le dessus et trouver des solutions pour leur avenir avec l’appui de professionnels.