Cœur à Cœur 2017

Ensemble contre la précarité des jeunes en Suisse: c'est le thème de la nouvelle édition de Cœur à Cœur, l'opération de fin d'année de la RTS en partenariat avec la Chaîne du Bonheur, qui aura lieu du 16 au 22 décembre 2017. De quoi s'agit-il? Comment soutenir la cause? Découvrez-le ici!

Faire un don

L’opération Cœur à Cœur

Cœur à Cœur est une opération conjointe de fin d’année que nous organisons avec la Radiotélévision suisse (RTS) pour collecter des fonds pour les personnes défavorisées. Cette année, les dons seront versés à des projets qui luttent contre la précarité des jeunes en Suisse.

Sur la Place Centrale à Lausanne, les trois animateurs Philippe Robin, Jonas Schneiter et Pauline Seiterle (photo ci-dessus) seront enfermés du 16 au 22 décembre en continu dans un studio en verre pendant 6 jours et 6 nuits.

Des animations, des concerts et de multiples interviews de personnalités suisses vous inciteront à vous engager ou à faire des dons en participant à la programmation musicale d’Option Musique. Dans les coulisses, de nombreux bénévoles répondront aux promesses de don par téléphone.

Parallèlement, vous pouvez dès aujourd’hui vous investir aux côtés de Cœur à Cœur pour lutter contre la précarité des jeunes en Suisse en créant vos propres actions qui seront relayées dans toute la Suisse romande.

Social Media

Contre la précarité des jeunes en Suisse

Contre la précarité des jeunes en Suisse

En Suisse, les jeunes entre 15 et 25 ans sont vulnérables face à la précarité et encourent le risque d’être touchés par la pauvreté. En effet un jeune sur 10 est actuellement sans formation, ni emploi et, dès l’âge de 18 ans, le même pourcentage risque de se retrouver en dessous du seuil de pauvreté. Un jeune qui n’a pas achevé l’école obligatoire ou une formation post-obligatoire est particulièrement menacé.

Nous nous investissons pour améliorer cette situation. Les dons récoltés permettront de financer des projets d’associations en Suisse actives dans le domaine de l’insertion socio-professionnelle.

« Nous sélectionnerons des projets qui peuvent venir en aide aux jeunes en Suisse de manière durable, en leur donnant les moyens de reprendre confiance en eux, de faciliter l’acquisition de compétences personnelles et sociales, ainsi que d’acquérir des capacités et savoirs clés pour le marché du travail et la vie en société. »
Fabienne Vermeulen, Responsable de l’aide en Suisse à la Chaîne du Bonheur

Lancez votre propre action


Créer une action, c’est chanter, danser, lancer un défi sportif, une performance artistique, une manifestation folklorique… et inviter votre entourage à vous rejoindre ou vous sponsoriser sur votre page personnelle que vous pouvez facilement créer sur le lien ci-dessous. Les actions les plus colorées, imaginatives ou spectaculaires trouveront un écho sur les ondes d’Option Musique, sur les réseaux sociaux de la Chaîne du Bonheur et la RTS et sur la page web de la RTS, où sont consignés tous les aspects de l’opération.

Lancer une action

Aide à l’insertion socioprofessionnelle

Indispensables pour mener une existence autonome, l’acquisition de compétences de base et l’accomplissement d’une formation professionnelle doivent être encouragés.

Les projets se focaliseront sur :

  • Les jeunes en difficulté confrontés à de multiples obstacles, aussi bien au niveau familial que sociétal,
  • Les jeunes issus de la migration et récemment arrivés en Suisse,
  • Les jeunes femmes vulnérables, telles que les jeunes mères sans formation et les migrantes.

L’aide apportée lors des projets touchera aussi bien les aspects formateurs que privés permettant aux jeunes en rupture de devenir indépendants et de prendre pleinement conscience de leurs capacités.

Jeunes en rupture

Dayanna


Dayanna est aujourd’hui en 3ème année d’un apprentissage de vendeuse après avoir suivi une trajectoire difficile.

La jeune femme est arrivée en Suisse en 1998 accompagnée de ses frères et sœurs. Leur mère devait alors, tout en travaillant, veiller seule sur ses quatre enfants mineurs. De plus, la famille était sans-papier et confrontée à de nombreuses difficultés, telles que la langue et les moyens financiers.

Les choses se sont compliquées pour Dayana avant de terminer la scolarité obligatoire. En fréquentant les mauvaises personnes, elle a finalement laissé de côté ses études.

Elle a ensuite tenté en vain de trouver une formation professionnelle mais n’a reçu que des réponses négatives.

Le découragement a souvent habité la jeune femme, surtout lorsque devenue maman d’un petit garçon, les refus n’ont fait que s’accumuler.

Jennarong


Jennarong a un parcours atypique, il n’a pas suivi l’école obligatoire. En école spécialisée, les difficultés se sont également multipliées.

Par la suite, il lui a été extrêmement difficile de dénicher un travail une fois son cursus achevé. Les employeurs étaient déstabilisés et réticents face à ce parcours inhabituel.

Il a finalement été possible pour Jennarong de trouver un apprentissage après avoir bénéficié d’un projet soutenu par la Chaîne du Bonheur. Il confie:

«Je suis content, je suis fier de moi et reconnaissant aujourd’hui de pouvoir suivre une formation.»

Néville


Néville a connu plusieurs ruptures à l’adolescence.

«Quand j’avais 16 ans, je ne savais pas ce que je voulais vraiment», explique-t-il.

En plus des difficultés financières et familiales, il s’est entouré des mauvaises personnes et n’a pas terminé sa scolarité obligatoire.

Il apprécie ainsi particulièrement l’apprentissage de vendeur qu’il est en train d’effectuer à Caritas, dans le cadre d’un projet financé par les dons de Coeur à Coeur 2016.

En effet, il s’est senti écouté et pris en main au sein de l’organisation. Le soutien essentiel qui lui a été apporté ne fait pas partie des formations de base.

Le jeune homme peut maintenant affirmer que son apprentissage «est un peu comme un tremplin pour la vie».

Comment faire un don et participer ?

Avant l’opération :

Pendant l’opération du 16 au 22 décembre :

  • Par téléphone au 0800 87 07 07
  • Par SMS au 388 : Coeur5 (CHF 5.-/SMS), Coeur10 (CHF 10.-/SMS), Coeur20 (CHF 20.-/SMS) ou Coeur50 (CHF 50.-/SMS).
  • Via TWINT
  • En venant déposer de l’argent liquide dans la boîte construite à cet effet, Place Centrale à Lausanne
  • Lors d’un don par téléphone ou sur internet, pendant l’opération, il est possible de choisir un morceau de musique, diffusé ensuite, dans la mesure du possible, sur les ondes d’Option Musique.
  • En relayant l’information auprès de votre entourage et sur les réseaux sociaux : #CoeurRTS
Plus d'infos sur l'édition 2016

Comment faire un don et participer à Coeur à Coeur ?