La Chaîne du Bonheur en Haïti

Neuf mois après le séisme dévastateur en Haïti, la reconstruction a démarré en province. La situation est plus difficile dans la capitale Port-au-Prince. Alain Geiger, responsable du département projets à la Chaîne du Bonheur, a visité les activités en cours et nous en informe.

 

On se souvient des terribles images du séisme. Port-au-Prince était dévasté et en ruine. Y a-t-il actuellement aussi des signes d’espoir?

Oui, ces signes existent. Je pense à la rencontre avec une femme devenue paraplégique après le séisme. Elle a depuis appris à se déplacer avec une chaise roulante, ceci grâce à l’appui de Handicap International. Ou encore cette famille qui a de nouveau un toit sur la tête, aussi grâce à la générosité des donatrices et donateurs. Malgré les difficultés, ces personnes font preuve d’une force de volonté qui leur permet, au jour le jour, d’envisager un avenir. Nous pouvons les soutenir dans leurs efforts et ainsi offrir de nouvelles perspectives.

 

Vous mentionnez la famille qui se retrouve dans un nouveau logement. Comment avance la reconstruction?

Le processus de reconstruction est très difficile et lent, surtout dans la capitale. Pour nous en Suisse, il est difficile de s’imaginer les immenses défis que cela représente. Il s’agit en premier lieu d’évacuer les montagnes de gravats. Où mettre les quelque 20 millions de mètres cubes de gravats? Une fois les ruines déblayées, les prochaines difficultés surgiront. Dans les quartiers pauvres, la plupart des gens sont des locataires sans papiers. Il faut donc clarifier l’état des propriétés. Par rapport à ces défis, trop grands pour des organisations d’entraide, le gouvernement national semble inactif.

En raison de ces difficultés, les organisations partenaires de la Chaîne du Bonheur concentrent leurs activités à Port-au-Prince dans le domaine social. Par exemple, dans le soutien à des enfants. Terre des hommes Suisse installe des classes d’école provisoires, afin que les enfants puissent renouer avec l’éducation. Iamaneh accueille des enfants de la rue et leur donne à manger.

 

Quelle est la situation en dehors de la capitale?

En milieu rural ou proche des villes de province, la situation est plus facile. La Chaîne du Bonheur soutient deux projets de reconstruction de maisons familiales de Caritas et de la Croix-Rouge suisse. D’autres projets sont actuellement en analyse auprès de la Chaîne du Bonheur, parmi eux des projets de réparation de maisons par l’Eper et Medair.

 

Combien de temps va durer la reconstruction?

La reconstruction durera des années. Les projets avancent à petit pas, mais ils progressent et la direction est la bonne. Les plus de 65 millions de francs de dons reçus pour Haïti seront utilisés pour des projets pertinents.