Communiqué de presse

Philippines : redressement rapide après le typhon Haiyan

  • 06.11.2014
  • Communiqués de presse

Une année après le passage dévastateur du typhon Haiyan sur les Philippines, la population des régions touchées s’est rapidement relevée. Les projets menés par les organisations d’entraide partenaires de la Chaîne du Bonheur ont contribué à cette amélioration. Néanmoins dans la ville de Tacloban, dans certains villages délaissés ainsi que sur de petites îles difficilement accessibles, les habitants souffrent encore considérablement des effets du typhon.

Grâce à des projets de la Croix-Rouge suisse, de l’Eper, de Medair, de Solidar et de Terre des hommes – aide à l’enfance, plus de 6 500 maisons ont été rebâties ou réparées en particulier sur les îles de Samar, Leyte et Panay. Quatre écoles seront bientôt reconstruites par Caritas sur l’île de Batayan au nord de Cebu. Ces efforts s’ajoutent aux activités menées pendant la phase d’urgence grâce auxquelles plus de 42 000 foyers ont été soutenus avec de la nourriture et de l’eau potable mais également avec un kit de construction qui a permis de monter immédiatement des abris provisoires.

La moitié des dons engagés

Sur les 42,3 millions de francs récoltés par la Chaîne du Bonheur grâce à la solidarité de la population suisse, plus de la moitié ont déjà été employés dans des projets d’aide. «Il est rare que les dons soient engagés aussi rapidement. Cela est particulièrement dû à la résilience et à la volonté de la population touchée ainsi qu’aux compétences locales qui ont permis aux ONG partenaires d’avancer rapidement en réalisant des travaux de bonne qualité», souligne Tony Burgener, directeur de la Chaîne du Bonheur, de retour d’une visite de projets sur l’archipel.

Impact durable des projets

En parallèle des efforts de reconstruction continus, les ONG partenaires de la Chaîne du Bonheur ont commencé à mener des projets de relance économique afin d’assurer aux personnes les plus vulnérables des Philippines un revenu décent et durable. «Ces projets s’inscrivent dans la ligne fixée par la Chaîne du Bonheur qui souhaite que l’aide humanitaire ait aussi un effet sur le long terme», explique Tony Burgener. Certains projets cofinancés par la Fondation s’étendront ainsi encore sur plusieurs années.

Difficulté de l’aide humanitaire en zone urbaine


Malgré les résultats très positifs, il reste des zones d’ombre. Dans la ville de Tacloban, des centaines de personnes vivent encore sous des tentes ou dans des abris précaires; certains villages ainsi que de petites îles peu accessibles n’ont toujours pas vu l’aide arriver de façon substantielle. Le cas de Tacloban confirme ainsi les expériences vécues lors d’autres catastrophes : l’aide humanitaire en zone urbaine est nettement plus difficile à mener que dans des régions rurales. Diverses raisons expliquent ce phénomène : besoins gigantesques dépassant tout budget, nécessité de délocaliser de nombreuses personnes souvent contre leur gré, recherche de nouveaux terrains et fragilités sociales très aiguës combinées avec des lacunes sécuritaires. Si la situation en ville dépasse largement les capacités des ONG suisses, ces dernières continueront certainement à venir en aide aux victimes dans les villages et sur les îles.

La Chaîne du Bonheur est une fondation issue d'une initiative de SRG SSR | Partenariat & collaboration

  • Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»
  • Keystone
  • Swisscom
  • SRG SSR alt

Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

Depuis le 1er janvier 2011, les radios régionales romandes se sont unies pour soutenir activement les actions de collecte de la Chaîne du Bonheur.

Plus d’informations sur les radios sous www.urrr.ch

Keystone

Keystone

 

« Une image vaut mille mots » a dit Confucius. Grâce à son partenaire Keystone, l’agence photographique suisse active à l’échelle mondiale, la Chaîne du Bonheur accède gratuitement et en tout temps à une offre très vaste d’images d’actualité.  

Keystone pose un regard helvétique sur notre pays et sur le monde. Une vingtaine de photographes permanents dans toute la Suisse et les agences partenaires internationales suivent de très près les nouvelles du moment. Poids lourd des agences photographiques en Suisse, Keystone possède par ailleurs une immense collection de documents sur l’histoire sociale de notre pays, soit près de 11 millions d’images d’archives.

 

Swisscom

Swisscom

Sans le dispositif téléphonique de Swisscom, une journée de collecte nationale de la Chaîne du Bonheur serait impensable: de 120 à 150 lignes téléphoniques, subdivisées par région, acheminent les appels vers six centrales de collecte, elles aussi équipées par Swisscom. Plus de 70'000 appels ont ainsi été gérés de main de maître lors de la journée de collecte en faveur des victimes du tsunami. Swisscom offre cette prestation à titre gracieux lors des journées de collecte.
L’internet comme vecteur de communication joue également un rôle central à la Chaîne du Bonheur. Aussi Swisscom SA soutient-elle chaque année le site de la Chaîne du Bonheur à concurrence d’un montant appréciable. Cela fait plus de soixante ans que Swisscom (ex-PTT) compte au nombre des partenaires fidèles de la Chaîne du Bonheur.

SRG SSR

SRG SSR alt

La Chaîne du Bonheur a vu le jour en 1946 en Suisse romande. Conçue à l’origine comme une émission de radio, elle a dédié sa première collecte aux orphelins de la Seconde Guerre mondiale. Puis l’idée ayant pris de l’ampleur, la Chaîne du Bonheur devient une fondation en 1983, sous l’impulsion de SRG SSR. Aujourd’hui, la Chaîne du Bonheur collecte des fonds pour financer des projets d'aide humanitaire, son moteur principal restant la SSR.

Lorsqu’elle organise des journées nationales de collecte, la Chaîne du Bonheur exprime la solidarité et l’aide de la population de toute la Suisse. Or cela n’est possible que parce que la SSR lui ouvre gratuitement son antenne. La Chaîne du Bonheur n’œuvre pas comme organisation d’entraide, mais comme organisme de solidarité qui collabore actuellement avec 25 organisations d'entraide suisses.

Les liens d’affinité qui unissent la Chaîne du Bonheur à la SSR se reflètent aussi dans le fait que le président du Conseil de Fondation émane toujours des cadres de la SSR.  De plus, RTS, SRF, RTR et RSI sont toutes représentées par un siège au Conseil de Fondation.