Communiqué de presse

Communiqué de presse : La Chaîne du Bonheur renforce son appel aux dons pour les victimes du conflit

  • 24.04.2013
  • Communiqués de presse

Depuis le début du conflit syrien, plus de 1,3 million de personnes ont fui le pays. A ce chiffre viennent s’ajouter chaque jour plusieurs milliers de nouveaux réfugiés. Les organisations d’entraide partenaires de la Chaîne du Bonheur oeuvrent en faveur des personnes touchées par ce conflit. Mais elles ont besoin de fonds supplémentaires. C’est pourquoi la Chaîne du Bonheur renforce son appel aux dons, afin de pouvoir continuer à venir en aide aux réfugiés et aux victimes du conflit.

«La Jordanie accueille plus de 430 000 réfugiés syriens, dont les trois quarts vivent à l’extérieur du camp de réfugiés de Zaatari, au sein de la population jordanienne. Les conditions sont très difficiles; la plupart des personnes ont dû voyager plusieurs jours avant d’être en sécurité en Jordanie, et leurs seuls biens sont les habits qu’ils portent», voici comment Manolo Caviezel, chargé de projets pour la Syrie à la Chaîne du Bonheur, décrit la situation. Actuellement sur place pour se rendre compte de l’avancement des projets financés par la Chaîne du Bonheur, il a parlé avec les réfugiés: «Sans aucune perspective, ils doivent se construire une nouvelle vie, se trouver un logement et couvrir chaque jour les besoins essentiels de leur famille; ces besoins comprennent notamment la nourriture et l’accès aux soins médicaux ainsi qu’à l’éducation des enfants. Sans aide extérieure, cela est impossible. Nos projets viennent au secours non seulement des personnes vivant dans les camps de réfugiés, mais également de celles qui ont trouvé ellesmêmes
un point de chute en Jordanie.»

Neuf organisations actives dans cinq pays

Depuis plus d’un an, la Chaîne du Bonheur récolte des dons en faveur des victimes du conflit en Syrie. Sur 11,4 millions de francs collectés jusqu’à présent par la Fondation, 9,7 millions ont permis de financer 25 projets d’aide d’urgence ; les bénéficiaires sont des personnes déplacées en Syrie même ou ayant dû fuir au Liban, en Jordanie, en Turquie ou encore en Irak.

L’aide d’urgence comprend la distribution de produits alimentaires, de vêtements, de kits d’hygiène et de kits pour bébés, ainsi que de équipements spécialisés, comme des fauteuils roulants ou des matelas adaptés pour les malades. Un autre volet de l’aide comprend des soins médicaux et la protection des enfants. Enfin, une aide financière directe donne aux réfugiés la possibilité de subvenir à leurs besoins quotidiens, en leur permettant notamment de régler des factures, le loyer
ou les frais de scolarité de leurs enfants. Les projets sont mis en oeuvre par neuf organisations partenaires de la Chaîne du Bonheur : ADRA, Caritas Suisse, Croix-Rouge suisse, EPER, Handicap International Suisse, Medair, MSF Suisse, Solidar Suisse et Terre des hommes - aide à l’enfance.

La Chaîne du Bonheur est une fondation issue d'une initiative de SRG SSR | Partenariat & collaboration

  • Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»
  • Keystone
  • Swisscom
  • SRG SSR alt

Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

Depuis le 1er janvier 2011, les radios régionales romandes se sont unies pour soutenir activement les actions de collecte de la Chaîne du Bonheur.

Plus d’informations sur les radios sous www.urrr.ch

Keystone

Keystone

 

« Une image vaut mille mots » a dit Confucius. Grâce à son partenaire Keystone, l’agence photographique suisse active à l’échelle mondiale, la Chaîne du Bonheur accède gratuitement et en tout temps à une offre très vaste d’images d’actualité.  

Keystone pose un regard helvétique sur notre pays et sur le monde. Une vingtaine de photographes permanents dans toute la Suisse et les agences partenaires internationales suivent de très près les nouvelles du moment. Poids lourd des agences photographiques en Suisse, Keystone possède par ailleurs une immense collection de documents sur l’histoire sociale de notre pays, soit près de 11 millions d’images d’archives.

 

Swisscom

Swisscom

Sans le dispositif téléphonique de Swisscom, une journée de collecte nationale de la Chaîne du Bonheur serait impensable: de 120 à 150 lignes téléphoniques, subdivisées par région, acheminent les appels vers six centrales de collecte, elles aussi équipées par Swisscom. Plus de 70'000 appels ont ainsi été gérés de main de maître lors de la journée de collecte en faveur des victimes du tsunami. Swisscom offre cette prestation à titre gracieux lors des journées de collecte.
L’internet comme vecteur de communication joue également un rôle central à la Chaîne du Bonheur. Aussi Swisscom SA soutient-elle chaque année le site de la Chaîne du Bonheur à concurrence d’un montant appréciable. Cela fait plus de soixante ans que Swisscom (ex-PTT) compte au nombre des partenaires fidèles de la Chaîne du Bonheur.

SRG SSR

SRG SSR alt

La Chaîne du Bonheur a vu le jour en 1946 en Suisse romande. Conçue à l’origine comme une émission de radio, elle a dédié sa première collecte aux orphelins de la Seconde Guerre mondiale. Puis l’idée ayant pris de l’ampleur, la Chaîne du Bonheur devient une fondation en 1983, sous l’impulsion de SRG SSR. Aujourd’hui, la Chaîne du Bonheur collecte des fonds pour financer des projets d'aide humanitaire, son moteur principal restant la SSR.

Lorsqu’elle organise des journées nationales de collecte, la Chaîne du Bonheur exprime la solidarité et l’aide de la population de toute la Suisse. Or cela n’est possible que parce que la SSR lui ouvre gratuitement son antenne. La Chaîne du Bonheur n’œuvre pas comme organisation d’entraide, mais comme organisme de solidarité qui collabore actuellement avec 25 organisations d'entraide suisses.

Les liens d’affinité qui unissent la Chaîne du Bonheur à la SSR se reflètent aussi dans le fait que le président du Conseil de Fondation émane toujours des cadres de la SSR.  De plus, RTS, SRF, RTR et RSI sont toutes représentées par un siège au Conseil de Fondation.