Actualités

Rapport annuel 2012 : plus de 63 millions de francs engagés dans des projets d’aide

  • 03.06.2013
  • Actualité

En 2012, la Chaîne du Bonheur a cofinancé 236 projets d’aide en Suisse et dans le monde avec plus de 63 millions de francs. Dans notre pays, elle a accordé un soutien ponctuel à des foyers en situation de détresse économique ainsi qu’aux victimes des intempéries. Les appels aux dons lancés notamment en faveur de la Syrie, du Sahel et de l’opération « De l’eau pour tous » ont permis de rassembler plus de 18 millions de francs.

A l’étranger, la Chaîne du Bonheur a versé plus de 61,6 millions de francs pour des projets menés par 25 organisations d’entraide, soutenant ainsi près de dix millions de personnes dans le monde. En Syrie et au Sahel, les dons ont directement été affectés à l’aide d’urgence. De nombreux projets portant sur le logement, l’eau et la santé ont été réalisés en Haïti, au Pakistan, au Japon, en Afrique de l’est et en Amérique latine. Les chargés de projets de la Chaîne du Bonheur, accompagnés de spécialistes de la reconstruction et des questions d’eau, se sont rendus en Haïti et au Pakistan pour constater sur place l’avancement des travaux et échanger leurs expériences avec l’ensemble des partenaires.

Aide en Suisse

Dans le cadre de ses activités d’aide sociale en Suisse, la Chaîne du Bonheur a débloqué 1 041 966 francs pour venir en aide à 2658 personnes en détresse financière. Grâce au fonds permanent «Intempéries en Suisse», la Fondation a en outre pu accorder des soutiens financiers à hauteur de 339 225 francs à des victimes de dégâts naturels.

Frais de fonctionnement couverts par les revenus des placements

Au cours des trente ans de son existence, la Chaîne du Bonheur est parvenue presque chaque année à couvrir ses frais de fonctionnement par les revenus de ses placements financiers. En 2012, les frais de fonctionnement nets se sont montés à 2,9 millions de francs et les revenus des placements financiers à 4,8 millions de francs.

Constitution de réserves

En 2012, le Conseil de Fondation de la Chaîne du Bonheur a approuvé la constitution de réserves d’exploitation et de fluctuations de cours. En 2010 et 2011, en raison de la faiblesse des taux d’intérêt, la Fondation avait dû consacrer 2 % des dons à la couverture de ses frais de fonctionnement et ce, pour la première fois de son histoire. Les nouvelles réserves de 10,8 millions de francs sont constituées de l’excédent financier 2012, ainsi que de la dissolution rétroactive de 2,5 % sur la collecte Séisme Asie du Sud (tsunami 2004) et de 3 % sur la collecte permanente Intempéries Suisse. Ce principe de transfert décidé par le Conseil de Fondation a reçu l’aval de l’organe de révision de la Chaîne du Bonheur, en accord avec les recommandations de la Surveillance Fédérale des Fondations. Les réserves ont ainsi atteint le niveau maximal fixé par le Conseil de Fondation : si un nouvel excédent financier devait être réalisé en 2013, il serait attribué à des projets d’aide. 

Priorités 2013: qualité et efficacité

Selon Tony Burgener, directeur de la Chaîne du Bonheur, la priorité sera donnée en 2013 à la qualité, à l’efficacité et à la mesurabilité de l’aide. Ces trois principes ont déjà été repris dans un séminaire réunissant fin avril nos organisations partenaires pour la Jordanie autour de projets de

«cash assistance». Début octobre, la Chaîne du Bonheur tirera un nouveau bilan de l’aide en Haïti, avec ses organisations partenaires, s’attachant notamment à évaluer la coordination de l’aide humanitaire, les normes minimales en matière de reconstruction ainsi que la participation des autorités locales et des bénéficiaires de l’aide. « Ne pas tirer les leçons de l’engagement en Haïti serait manquer une occasion » a déclaré T. Burgener.

30 ans d’indépendance

La Chaîne du Bonheur a été fondée en 1946 par la radio romande. En 1983, la SSR décide d’en faire une fondation indépendante de droit privé. Elle fête donc cette année – le 19 novembre à Berne – ses trente ans d’existence. En parallèle, les éditions Labor & Fides publient le recueil de Michèle Mercier «Une Suisse généreuse – Dans les coulisses de la Chaîne du Bonheur», retraçant l’histoire et l’évolution de la Fondation.

La Chaîne du Bonheur est une fondation issue d'une initiative de SRG SSR | Partenariat & collaboration

  • Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»
  • Keystone
  • Swisscom
  • SRG SSR alt

Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

Depuis le 1er janvier 2011, les radios régionales romandes se sont unies pour soutenir activement les actions de collecte de la Chaîne du Bonheur.

Plus d’informations sur les radios sous www.urrr.ch

Keystone

Keystone

 

« Une image vaut mille mots » a dit Confucius. Grâce à son partenaire Keystone, l’agence photographique suisse active à l’échelle mondiale, la Chaîne du Bonheur accède gratuitement et en tout temps à une offre très vaste d’images d’actualité.  

Keystone pose un regard helvétique sur notre pays et sur le monde. Une vingtaine de photographes permanents dans toute la Suisse et les agences partenaires internationales suivent de très près les nouvelles du moment. Poids lourd des agences photographiques en Suisse, Keystone possède par ailleurs une immense collection de documents sur l’histoire sociale de notre pays, soit près de 11 millions d’images d’archives.

 

Swisscom

Swisscom

Sans le dispositif téléphonique de Swisscom, une journée de collecte nationale de la Chaîne du Bonheur serait impensable: de 120 à 150 lignes téléphoniques, subdivisées par région, acheminent les appels vers six centrales de collecte, elles aussi équipées par Swisscom. Plus de 70'000 appels ont ainsi été gérés de main de maître lors de la journée de collecte en faveur des victimes du tsunami. Swisscom offre cette prestation à titre gracieux lors des journées de collecte.
L’internet comme vecteur de communication joue également un rôle central à la Chaîne du Bonheur. Aussi Swisscom SA soutient-elle chaque année le site de la Chaîne du Bonheur à concurrence d’un montant appréciable. Cela fait plus de soixante ans que Swisscom (ex-PTT) compte au nombre des partenaires fidèles de la Chaîne du Bonheur.

SRG SSR

SRG SSR alt

La Chaîne du Bonheur a vu le jour en 1946 en Suisse romande. Conçue à l’origine comme une émission de radio, elle a dédié sa première collecte aux orphelins de la Seconde Guerre mondiale. Puis l’idée ayant pris de l’ampleur, la Chaîne du Bonheur devient une fondation en 1983, sous l’impulsion de SRG SSR. Aujourd’hui, la Chaîne du Bonheur collecte des fonds pour financer des projets d'aide humanitaire, son moteur principal restant la SSR.

Lorsqu’elle organise des journées nationales de collecte, la Chaîne du Bonheur exprime la solidarité et l’aide de la population de toute la Suisse. Or cela n’est possible que parce que la SSR lui ouvre gratuitement son antenne. La Chaîne du Bonheur n’œuvre pas comme organisation d’entraide, mais comme organisme de solidarité qui collabore actuellement avec 25 organisations d'entraide suisses.

Les liens d’affinité qui unissent la Chaîne du Bonheur à la SSR se reflètent aussi dans le fait que le président du Conseil de Fondation émane toujours des cadres de la SSR.  De plus, RTS, SRF, RTR et RSI sont toutes représentées par un siège au Conseil de Fondation.