Actualités

Succès et durabilité pour les crédits agraires en Roumanie

  • 02.08.2007
  • Actualités

Parler de l’aide humanitaire revient souvent à parler de durabilité: le soutien de la Chaîne du Bonheur à la Roumanie en est un exemple probant. Suite à la chute du régime de Ceaucescu en 1989, l’opinion publique réalise à quel point la Roumanie se trouve dans une situation catastrophique. Les dons de la population suisse atteignent alors 14,5 millions de francs et permettent à la Chaîne du Bonheur de financer entre autres une institution de crédits agraires. Aujourd’hui – plus de 15 ans après -, le projet est autonome et contribue à développer l’économie de marché.

Après la chute du régime de Ceaucescu en 1989, l’opinion publique apprend avec stupeur quelle est la situation en Roumanie et plus particulièrement quelles sont les conditions inhumaines qui règnent dans les orphelinats du pays. Suite à cet événement, de nombreuses institutions et communes de Suisse récoltent des dons et acheminent des biens en Roumanie. La Chaîne du Bonheur lance une collecte qui atteint un montant de 14,5 millions de francs.

De nombreux orphelinats bénéficient de l’aide d’urgence : les bâtiments sont rénovés, agrandis et dotés de cuisine et de chambres à coucher. Pour la première fois, les enfants dorment dans un endroit chauffé et boivent de l’eau potable. Des jouets sont également acheminés en Roumanie et le personnel des orphelinats reçoit une formation adéquate.

Très vite, une autre conséquence de dizaines d’années de dictature apparaît : les petits paysans appauvris ne sont pas en mesure de cultiver les terres qu’ils ont partiellement récupérées après la chute du régime. C’est pour parer à cette situation que la Chaîne du Bonheur fonde en collaboration avec l’EPER une institution de microcrédits agricoles (LAM). A ce jour, cette institution a accordé d’une part 3000 crédits pour un montant total de 18 millions de dollars et assuré d’autre part la formation de 2100 paysans. En tout, ce ne sont pas moins de 12'000 places de travail qui ont été créées.

Pour la seule année passée, la fondation a accordé 277 crédits pour un montant de 1,6 million d’euros. 72% ont été investis dans le développement agricole et 20% dans la construction de PME. Le renouvellement de crédits existants ainsi que l’octroi d’autres prêts ont contribué au succès de l’opération : 99% des bénéficiaires ont pu rembourser leur emprunt sans problème.

D’après Leo Meyer, agronome auprès de l’EPER, « ce projet n’aurait pu se réaliser sans l’aide de la Chaîne du Bonheur. Il fait figure d’exemple et démontre qu’après l’aide d’urgence, les dons peuvent être affectés à un projet à long terme. » Le Président de la fondation, Belà Kato, estime quant à lui que « ce projet les a aidés à passer du communisme à l’économie de marché et à intégrer par la suite l’Union Européenne ».

L’institution fête cette année ses 15 ans d’existence. Devenue une SA, elle peut maintenant se passer de l’aide de l’EPER et de celle de la DDC, également présente depuis 1993 dans ce programme. Le projet « LAM » s’achève ainsi sur un succès et démontre l’importance de réalisations à long terme après une catastrophe.

La Chaîne du Bonheur est une fondation issue d'une initiative de SRG SSR | Partenariat & collaboration

  • Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»
  • Keystone
  • Swisscom
  • SRG SSR alt

Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

Depuis le 1er janvier 2011, les radios régionales romandes se sont unies pour soutenir activement les actions de collecte de la Chaîne du Bonheur.

Plus d’informations sur les radios sous www.urrr.ch

Keystone

Keystone

 

« Une image vaut mille mots » a dit Confucius. Grâce à son partenaire Keystone, l’agence photographique suisse active à l’échelle mondiale, la Chaîne du Bonheur accède gratuitement et en tout temps à une offre très vaste d’images d’actualité.  

Keystone pose un regard helvétique sur notre pays et sur le monde. Une vingtaine de photographes permanents dans toute la Suisse et les agences partenaires internationales suivent de très près les nouvelles du moment. Poids lourd des agences photographiques en Suisse, Keystone possède par ailleurs une immense collection de documents sur l’histoire sociale de notre pays, soit près de 11 millions d’images d’archives.

 

Swisscom

Swisscom

Sans le dispositif téléphonique de Swisscom, une journée de collecte nationale de la Chaîne du Bonheur serait impensable: de 120 à 150 lignes téléphoniques, subdivisées par région, acheminent les appels vers six centrales de collecte, elles aussi équipées par Swisscom. Plus de 70'000 appels ont ainsi été gérés de main de maître lors de la journée de collecte en faveur des victimes du tsunami. Swisscom offre cette prestation à titre gracieux lors des journées de collecte.
L’internet comme vecteur de communication joue également un rôle central à la Chaîne du Bonheur. Aussi Swisscom SA soutient-elle chaque année le site de la Chaîne du Bonheur à concurrence d’un montant appréciable. Cela fait plus de soixante ans que Swisscom (ex-PTT) compte au nombre des partenaires fidèles de la Chaîne du Bonheur.

SRG SSR

SRG SSR alt

La Chaîne du Bonheur a vu le jour en 1946 en Suisse romande. Conçue à l’origine comme une émission de radio, elle a dédié sa première collecte aux orphelins de la Seconde Guerre mondiale. Puis l’idée ayant pris de l’ampleur, la Chaîne du Bonheur devient une fondation en 1983, sous l’impulsion de SRG SSR. Aujourd’hui, la Chaîne du Bonheur collecte des fonds pour financer des projets d'aide humanitaire, son moteur principal restant la SSR.

Lorsqu’elle organise des journées nationales de collecte, la Chaîne du Bonheur exprime la solidarité et l’aide de la population de toute la Suisse. Or cela n’est possible que parce que la SSR lui ouvre gratuitement son antenne. La Chaîne du Bonheur n’œuvre pas comme organisation d’entraide, mais comme organisme de solidarité qui collabore actuellement avec 25 organisations d'entraide suisses.

Les liens d’affinité qui unissent la Chaîne du Bonheur à la SSR se reflètent aussi dans le fait que le président du Conseil de Fondation émane toujours des cadres de la SSR.  De plus, RTS, SRF, RTR et RSI sont toutes représentées par un siège au Conseil de Fondation.