Actualités

Décès de Jack Rollan, père de la Chaîne du Bonheur

  • 14.05.2007
  • Actualités

Jack Rollan, fantaisiste et cofondateur de la Chaîne du Bonheur, est décédé à 91 ans des suites d'une longue maladie. Son décès remonte au 3 mai mais n'a été annoncé que vendredi, conformément à sa volonté, une fois ses cendres dispersées dans le lac Léman en présence de ses proches.

«Je ne veux ni église, ni cathédrale, ni télévision, presse ou radio; je veux le Léman et surtout pas de faux-culs, ni d'emmerdeurs. Alors ne parlez pas de ma mort avant l'adieu final.» Ces mots disent tout de la personnalité de Louis Plomb, alias Jack Rollan, Genevois né à Lausanne le 3 mars 1916. Les médias ont accepté de se taire pendant une semaine, obéissant à ses dernières volontés. «On ne fait pas un scoop de la mort d'un ami», peut-on lire dans un vibrant hommage publié par «La Liberté» de samedi.

«Bricoleur polyvalent»
Se définissant lui-même comme «un bricoleur polyvalent», Jack Rollan fut tour à tour ou tout à la fois poète, humoriste, musicien, compositeur, chansonnier, chroniqueur, écrivain, éditeur, homme de radio et de théâtre. Mais aussi grand provocateur et ennemi juré des bien-pensants.

Il a connu son plus grand succès à la radio mais il a apporté de nombreuses autres contributions originales à la vie culturelle et artistique romande. Après un apprentissage de photographe, il est entré à 16 ans au Théâtre municipal de Lausanne comme figurant-accessoiriste. Il y a appris le chant, puis la batterie, dont il jouera sept ans dans divers orchestres.

De sa vie sentimentale tumultueuse, Louis Plomb tire des chansons d'amour qu'il soumet en 1942 à Radio Lausanne. Mais ce sont surtout ses chansons humoristiques qui plaisent.

Vedette de la radio
Sous son pseudonyme, il devient rapidement une vedette radiophonique et le reste pendant plus de dix ans. La plus célèbre de ses émissionis fut le «Bonjour de Jack Rollan», sketches et chansons diffusés chaque semaine pour la plus grande joie des auditeurs romands. En 1946, avec cette autre grande voix de Suisse romande, le journaliste Roger Nordmann, il fonde la «Chaîne du Bonheur», première émission à but humanitaire faisant appel à la solidarité des auditeurs. Soixante ans plus tard, la Chaîne du Bonheur est devenue une oeuvre d'entraide d'envergure nationale.

Pourtant, quelques années plus tard, Jack Rollan quitte la radio et toute fonction liée à la Chaîne du Bonheur, ne supportant pas que l'on touche à sa liberté d'expression. Homme de coeur, révolté par l'injustice, il a toujours été un observateur critique de la société. swissinfo

La Chaîne du Bonheur est une fondation issue d'une initiative de SRG SSR | Partenariat & collaboration

  • Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»
  • Keystone
  • Swisscom
  • SRG SSR alt

Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

Depuis le 1er janvier 2011, les radios régionales romandes se sont unies pour soutenir activement les actions de collecte de la Chaîne du Bonheur.

Plus d’informations sur les radios sous www.urrr.ch

Keystone

Keystone

 

« Une image vaut mille mots » a dit Confucius. Grâce à son partenaire Keystone, l’agence photographique suisse active à l’échelle mondiale, la Chaîne du Bonheur accède gratuitement et en tout temps à une offre très vaste d’images d’actualité.  

Keystone pose un regard helvétique sur notre pays et sur le monde. Une vingtaine de photographes permanents dans toute la Suisse et les agences partenaires internationales suivent de très près les nouvelles du moment. Poids lourd des agences photographiques en Suisse, Keystone possède par ailleurs une immense collection de documents sur l’histoire sociale de notre pays, soit près de 11 millions d’images d’archives.

 

Swisscom

Swisscom

Sans le dispositif téléphonique de Swisscom, une journée de collecte nationale de la Chaîne du Bonheur serait impensable: de 120 à 150 lignes téléphoniques, subdivisées par région, acheminent les appels vers six centrales de collecte, elles aussi équipées par Swisscom. Plus de 70'000 appels ont ainsi été gérés de main de maître lors de la journée de collecte en faveur des victimes du tsunami. Swisscom offre cette prestation à titre gracieux lors des journées de collecte.
L’internet comme vecteur de communication joue également un rôle central à la Chaîne du Bonheur. Aussi Swisscom SA soutient-elle chaque année le site de la Chaîne du Bonheur à concurrence d’un montant appréciable. Cela fait plus de soixante ans que Swisscom (ex-PTT) compte au nombre des partenaires fidèles de la Chaîne du Bonheur.

SRG SSR

SRG SSR alt

La Chaîne du Bonheur a vu le jour en 1946 en Suisse romande. Conçue à l’origine comme une émission de radio, elle a dédié sa première collecte aux orphelins de la Seconde Guerre mondiale. Puis l’idée ayant pris de l’ampleur, la Chaîne du Bonheur devient une fondation en 1983, sous l’impulsion de SRG SSR. Aujourd’hui, la Chaîne du Bonheur collecte des fonds pour financer des projets d'aide humanitaire, son moteur principal restant la SSR.

Lorsqu’elle organise des journées nationales de collecte, la Chaîne du Bonheur exprime la solidarité et l’aide de la population de toute la Suisse. Or cela n’est possible que parce que la SSR lui ouvre gratuitement son antenne. La Chaîne du Bonheur n’œuvre pas comme organisation d’entraide, mais comme organisme de solidarité qui collabore actuellement avec 25 organisations d'entraide suisses.

Les liens d’affinité qui unissent la Chaîne du Bonheur à la SSR se reflètent aussi dans le fait que le président du Conseil de Fondation émane toujours des cadres de la SSR.  De plus, RTS, SRF, RTR et RSI sont toutes représentées par un siège au Conseil de Fondation.