Actualités

Intempéries 2000 Valais/Tessin: pas d'autres irrégularités

  • 07.11.2005
  • Actualités

Les contrôles supplémentaires effectués dans 20 communes valaisannes ont permis d’établir qu’aucune nouvelle irrégularité n’a été constatée concernant les dons reçus suite aux intempéries d’octobre 2000. Suite aux problèmes rencontrés avec la commune de Mörel, l’inspectorat des finances du canton du Valais a réexaminé la situation de toutes les communes qui ont bénéficié de dons importants suite à ces intempéries.

La Chaîne du Bonheur avait demandé ces contrôles supplémentaires après que des dons versés à Mörel par l’ “Argauer Zeitung“ aient été utilisés pour un but différent de celui de la collecte, ce qui avait eu une influence sur les coûts restants financés par la Chaîne du Bonheur. Le montant de 860'000 francs a finalement été remboursé à la Chaîne du Bonheur. Cette affaire est actuellement devant la justice. Les contrôles ont en revanche établi qu’une commune avait droit à un soutien qui avait été refusé dans un premier temps par la cellule cantonale.

La Chaîne du Bonheur et son partenaire opérationnel en Valais, la Croix-Rouge suisse, sont maintenant en mesure de présenter le décompte final de la collecte „Intempéries Valais, Tessin et régions avoisinantes“ : sur les 74,2 millions de francs collectés suite à cette catastrophe, 64,7 millions ont été utilisés pour financer des aides à des privés, des corporations et des communes en difficultés. Un tiers de ce montant est allé aux deux communes les plus sévèrement touchées, Gondo et Baltschieder. 58,5 millions de francs ont été affectés en Valais, 2,1 million au Tessin et 1,9 million aux régions voisines d’Aoste et d’Ossola. Le coût total est finalement légèrement inférieur aux premières estimations pour plusieurs raisons : les travaux de déblaiement de Gondo ont été intégralement pris en charge par la Confédération, le coût de la construction a été moins élevé que les premières offres et les dégâts au Tessin ont été moins importants qu’estimés initialement.

Après décision du Conseil de Fondation, le solde de 9,5 millions de francs devrait être attribué à la fin de l’année au fonds permanent „Intempéries Suisse“, ce qui correspondrait à la volonté du donateur. Ce fonds permettra de financer des projets non encore terminés au Valais et au Tessin, de répondre à des demandes lors d’autres catastrophes en Suisse et d’intervenir dans des cas particulièrement difficiles.

La Chaîne du Bonheur est une fondation issue d'une initiative de SRG SSR | Partenariat & collaboration

  • Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»
  • Keystone
  • Swisscom
  • SRG SSR alt

Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

Depuis le 1er janvier 2011, les radios régionales romandes se sont unies pour soutenir activement les actions de collecte de la Chaîne du Bonheur.

Plus d’informations sur les radios sous www.urrr.ch

Keystone

Keystone

 

« Une image vaut mille mots » a dit Confucius. Grâce à son partenaire Keystone, l’agence photographique suisse active à l’échelle mondiale, la Chaîne du Bonheur accède gratuitement et en tout temps à une offre très vaste d’images d’actualité.  

Keystone pose un regard helvétique sur notre pays et sur le monde. Une vingtaine de photographes permanents dans toute la Suisse et les agences partenaires internationales suivent de très près les nouvelles du moment. Poids lourd des agences photographiques en Suisse, Keystone possède par ailleurs une immense collection de documents sur l’histoire sociale de notre pays, soit près de 11 millions d’images d’archives.

 

Swisscom

Swisscom

Sans le dispositif téléphonique de Swisscom, une journée de collecte nationale de la Chaîne du Bonheur serait impensable: de 120 à 150 lignes téléphoniques, subdivisées par région, acheminent les appels vers six centrales de collecte, elles aussi équipées par Swisscom. Plus de 70'000 appels ont ainsi été gérés de main de maître lors de la journée de collecte en faveur des victimes du tsunami. Swisscom offre cette prestation à titre gracieux lors des journées de collecte.
L’internet comme vecteur de communication joue également un rôle central à la Chaîne du Bonheur. Aussi Swisscom SA soutient-elle chaque année le site de la Chaîne du Bonheur à concurrence d’un montant appréciable. Cela fait plus de soixante ans que Swisscom (ex-PTT) compte au nombre des partenaires fidèles de la Chaîne du Bonheur.

SRG SSR

SRG SSR alt

La Chaîne du Bonheur a vu le jour en 1946 en Suisse romande. Conçue à l’origine comme une émission de radio, elle a dédié sa première collecte aux orphelins de la Seconde Guerre mondiale. Puis l’idée ayant pris de l’ampleur, la Chaîne du Bonheur devient une fondation en 1983, sous l’impulsion de SRG SSR. Aujourd’hui, la Chaîne du Bonheur collecte des fonds pour financer des projets d'aide humanitaire, son moteur principal restant la SSR.

Lorsqu’elle organise des journées nationales de collecte, la Chaîne du Bonheur exprime la solidarité et l’aide de la population de toute la Suisse. Or cela n’est possible que parce que la SSR lui ouvre gratuitement son antenne. La Chaîne du Bonheur n’œuvre pas comme organisation d’entraide, mais comme organisme de solidarité qui collabore actuellement avec 25 organisations d'entraide suisses.

Les liens d’affinité qui unissent la Chaîne du Bonheur à la SSR se reflètent aussi dans le fait que le président du Conseil de Fondation émane toujours des cadres de la SSR.  De plus, RTS, SRF, RTR et RSI sont toutes représentées par un siège au Conseil de Fondation.