Aide à l’enfance

Près de 700 000 francs récoltés : Bilan couronné de succès pour KiddyPlus

  • 04.01.2009
  • Aide à l’enfance

24 jours, 24 fenêtres sur 24 objets ou activités d’exception, tel était le principe du calendrier de l’Avent KiddyPlus de la Chaîne du Bonheur en faveur de l’enfance en détresse. La promesse a été tenue et le pari gagné puisque les 24 objets ou prestations proposés par des personnalités - avec l’ouverture d’une 25e fenêtre - ont trouvé chacun un acquéreur après de vives enchères. Plus de 85 000 francs ont été récoltés par les ventes; les dons se chiffrent à près de 611 000 francs (dont un don unique élevé). La totalité de cette somme, soit environ 700 000 francs, servira à financer les projets liés à l’enfance soutenus par la Chaîne du Bonheur et mis en œuvre sur le terrain par ses organisations partenaires.

Qu’ils soient amateurs de nouvelles sensations, d’art ou désireux de vivre une expérience originale, les 24 meilleurs offrants ont eu une bonne raison d’avoir renchéri pour remporter l’objet ou l’activité de leur choix. Un des principaux atouts de cette campagne était de permettre à chacun de participer quels que soient ses goûts ou son budget. Ainsi, les offres ont oscillé entre CHF 250.- et 15 000.-. Quelques exemples: Hans Erni réalisera un tableau devant le «gagnant» pour plus de CHF 11 000.-; les 12 cartes postales d’Emil ont atteint CHF 5000.-, un vol en hélicoptère avec Nick Hayek vers une fabrique de montres CHF 4121 et la cravate de Daniel Brélaz CHF 496.-. Cette action a été possible grâce à la TSR, ricardo.ch, «Le Matin», «Blick am Abend» sans oublier les nombreuses personnalités. La RSR, DRS 1 et la TSI ont aussi rendu compte de KiddyPlus.

Si cette campagne est novatrice par son déroulement et les moyens utilisés, le soutien aux enfants défavorisés ou victimes de catastrophes dans le monde s’inscrit dans l’histoire de la Chaîne du Bonheur et fait partie de ses buts statutaires depuis son origine. En outre, la force de la Fondation repose sur le fait de pouvoir réunir plusieurs organisations spécialisées dans différents domaines liés à l’enfance. Par exemple, elles distribuent des vivres, permettent un accès aux soins, facilitent des formations dans le sens d’une aide à l’autonomie. Actuellement, plus de 150 projets financés par la Chaîne du Bonheur sont en cours de réalisation.

  • 01_Aschwanden_Unterschschrift.jpg
  • 02_Aschwanden_KiddyPlus.jpg
  • 03_Erni_Kiddyplus.jpg
  • 04_Erni_KiddyPlus.jpg
  • 05_Ford_KiddyPlus.jpg
  • 06_Ford_KiddyPlus.jpg
  • 07_Schumi.jpg
  • 08_Gotthardfahrt_1.jpg
  • 09_Gotthardfahrt_2.jpg

    La Chaîne du Bonheur est une fondation issue d'une initiative de SRG SSR | Partenariat & collaboration

    • Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»
    • Keystone
    • Swisscom
    • SRG SSR alt

    Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

    Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

    Depuis le 1er janvier 2011, les radios régionales romandes se sont unies pour soutenir activement les actions de collecte de la Chaîne du Bonheur.

    Plus d’informations sur les radios sous www.urrr.ch

    Keystone

    Keystone

     

    « Une image vaut mille mots » a dit Confucius. Grâce à son partenaire Keystone, l’agence photographique suisse active à l’échelle mondiale, la Chaîne du Bonheur accède gratuitement et en tout temps à une offre très vaste d’images d’actualité.  

    Keystone pose un regard helvétique sur notre pays et sur le monde. Une vingtaine de photographes permanents dans toute la Suisse et les agences partenaires internationales suivent de très près les nouvelles du moment. Poids lourd des agences photographiques en Suisse, Keystone possède par ailleurs une immense collection de documents sur l’histoire sociale de notre pays, soit près de 11 millions d’images d’archives.

     

    Swisscom

    Swisscom

    Sans le dispositif téléphonique de Swisscom, une journée de collecte nationale de la Chaîne du Bonheur serait impensable: de 120 à 150 lignes téléphoniques, subdivisées par région, acheminent les appels vers six centrales de collecte, elles aussi équipées par Swisscom. Plus de 70'000 appels ont ainsi été gérés de main de maître lors de la journée de collecte en faveur des victimes du tsunami. Swisscom offre cette prestation à titre gracieux lors des journées de collecte.
    L’internet comme vecteur de communication joue également un rôle central à la Chaîne du Bonheur. Aussi Swisscom SA soutient-elle chaque année le site de la Chaîne du Bonheur à concurrence d’un montant appréciable. Cela fait plus de soixante ans que Swisscom (ex-PTT) compte au nombre des partenaires fidèles de la Chaîne du Bonheur.

    SRG SSR

    SRG SSR alt

    La Chaîne du Bonheur a vu le jour en 1946 en Suisse romande. Conçue à l’origine comme une émission de radio, elle a dédié sa première collecte aux orphelins de la Seconde Guerre mondiale. Puis l’idée ayant pris de l’ampleur, la Chaîne du Bonheur devient une fondation en 1983, sous l’impulsion de SRG SSR. Aujourd’hui, la Chaîne du Bonheur collecte des fonds pour financer des projets d'aide humanitaire, son moteur principal restant la SSR.

    Lorsqu’elle organise des journées nationales de collecte, la Chaîne du Bonheur exprime la solidarité et l’aide de la population de toute la Suisse. Or cela n’est possible que parce que la SSR lui ouvre gratuitement son antenne. La Chaîne du Bonheur n’œuvre pas comme organisation d’entraide, mais comme organisme de solidarité qui collabore actuellement avec 25 organisations d'entraide suisses.

    Les liens d’affinité qui unissent la Chaîne du Bonheur à la SSR se reflètent aussi dans le fait que le président du Conseil de Fondation émane toujours des cadres de la SSR.  De plus, RTS, SRF, RTR et RSI sont toutes représentées par un siège au Conseil de Fondation.