Afrique

Crises en Afrique orientale et centrale

  • 31.03.2014
  • Afrique

©keystone

L’Afrique est un continent secoué par les crises. Au début de 2014, principalement dans la Corne de l’Afrique et en Afrique centrale, les guerres civiles, les déplacements contraints de populations et les répressions ont causé énormément de tort aux habitants. La Chaîne du Bonheur s’engage dans la mesure des moyens disponibles et si ses organisations d’entraide partenaires peuvent intervenir dans les régions concernées.

Le Soudan du Sud, le plus jeune Etat du monde, se trouve déjà au bord de l’abîme à peine deux ans après avoir obtenu son indépendance. En raison de conflits interethniques, 400 000 personnes ont été déplacées de force, devenant ainsi des réfugiés dans leur propre pays, tandis que près de 200 000 autres ont fui vers des pays voisins.

La République Centrafricaine, quant à elle, est le théâtre d’affrontements entre rebelles musulmans et milices chrétiennes. Cette crise, conjointement à celle qui secoue le Soudan du Sud, a donné lieu aux pires déplacements forcés de populations (personnes déplacées dans leur pays et réfugiés) que l’on ait connus en Afrique. Plus d’1,8 million de personnes ont été contraintes de quitter le lieu où elles habitaient et vivent quelque part dans la région dans des conditions extrêmement précaires. L’ONU estime qu’en juin 2014, 3,2 millions de personnes seront tributaires de l’aide humanitaire en raison de ces conflits.

Le pays voisin, la République Démocratique du Congo (RDC), se trouve également en crise. A partir de l’est du territoire, des rebelles ougandais combattent le gouvernement. On leur attribue pour ces trois dernières années l’enlèvement de quelque 700 personnes, dont un grand nombre de femmes et d’enfants. Plus de 2,6 millions de personnes vivent en RDC comme déplacées internes et près d’un demi-million d’autres ont fui vers les pays voisins.

Parmi les foyers de crise qui sévissent en Afrique orientale, il faut hélas mentionner encore et toujours la Somalie, pays en proie à une sanglante guerre civile depuis une vingtaine d’années et dans lequel l’autorité de l’Etat a de facto cessé de s’exercer. Cette situation très instable a, là encore, mis en mouvement d’importants flux de réfugiés – 1,1 million de personnes déplacées dans le pays et 1,1 million de réfugiés.

Des besoins humanitaires immenses

L’ONU estime qu’en 2014, 11 millions de personnes en Afrique subsaharienne auront impérieusement besoin d’aide et de protection. Selon ces estimations, 5,4 millions d’entre elles seront des déplacés internes et 3,4 millions des réfugiés.

La majeure partie de ces personnes, qu’elles soient déplacées dans leur propre pays ou réfugiées dans un pays voisin, ont vécu des événements épouvantables et ont autant besoin d’un soutien psychologique pour surmonter ces traumatismes que d’une aide d’urgence sous forme de denrées alimentaires, d’eau et de biens de première nécessité.

La Chaîne du Bonheur suit attentivement ces crises avec ses organisations d’entraide partenaires et intervient dans la mesure où les fonds dont elle dispose le permettent et où les organisations partenaires peuvent agir sur place. Au Soudan du Sud, la Fondation a cofinancé par l’intermédiaire de sa collecte permanente Afrique un projet de Caritas Suisse destiné à aider les personnes déplacées à l’intérieur du pays. La distribution de matériel d’aide, la construction de latrines et d’installations sanitaires ainsi que la sensibilisation à l’hygiène contribuent à l’amélioration des conditions d’existence de ces personnes. Les fonds mis à disposition par la Fondation sont malheureusement maintenant épuisés. Au Soudan du Sud également, la Chaîne du Bonheur a pu cofinancer par l’intermédiaire de sa collecte Enfants victimes de conflits (JRZ 10) un projet de Terre des hommes – Aide à l’enfance destiné à aider un millier d’enfants de personnes déplacées vivant dans des familles d’accueil ou les enfants de ces familles. Tous ces enfants vivent dans la capitale Juba, particulièrement touchée par le conflit, et sont menacés par le péril du travail infantile. Ils bénéficient d’une aide sanitaire, matérielle et psychosociale.

 

    La Chaîne du Bonheur est une fondation issue d'une initiative de SRG SSR | Partenariat & collaboration

    • Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»
    • Keystone
    • Swisscom
    • SRG SSR alt

    Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

    Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

    Depuis le 1er janvier 2011, les radios régionales romandes se sont unies pour soutenir activement les actions de collecte de la Chaîne du Bonheur.

    Plus d’informations sur les radios sous www.urrr.ch

    Keystone

    Keystone

     

    « Une image vaut mille mots » a dit Confucius. Grâce à son partenaire Keystone, l’agence photographique suisse active à l’échelle mondiale, la Chaîne du Bonheur accède gratuitement et en tout temps à une offre très vaste d’images d’actualité.  

    Keystone pose un regard helvétique sur notre pays et sur le monde. Une vingtaine de photographes permanents dans toute la Suisse et les agences partenaires internationales suivent de très près les nouvelles du moment. Poids lourd des agences photographiques en Suisse, Keystone possède par ailleurs une immense collection de documents sur l’histoire sociale de notre pays, soit près de 11 millions d’images d’archives.

     

    Swisscom

    Swisscom

    Sans le dispositif téléphonique de Swisscom, une journée de collecte nationale de la Chaîne du Bonheur serait impensable: de 120 à 150 lignes téléphoniques, subdivisées par région, acheminent les appels vers six centrales de collecte, elles aussi équipées par Swisscom. Plus de 70'000 appels ont ainsi été gérés de main de maître lors de la journée de collecte en faveur des victimes du tsunami. Swisscom offre cette prestation à titre gracieux lors des journées de collecte.
    L’internet comme vecteur de communication joue également un rôle central à la Chaîne du Bonheur. Aussi Swisscom SA soutient-elle chaque année le site de la Chaîne du Bonheur à concurrence d’un montant appréciable. Cela fait plus de soixante ans que Swisscom (ex-PTT) compte au nombre des partenaires fidèles de la Chaîne du Bonheur.

    SRG SSR

    SRG SSR alt

    La Chaîne du Bonheur a vu le jour en 1946 en Suisse romande. Conçue à l’origine comme une émission de radio, elle a dédié sa première collecte aux orphelins de la Seconde Guerre mondiale. Puis l’idée ayant pris de l’ampleur, la Chaîne du Bonheur devient une fondation en 1983, sous l’impulsion de SRG SSR. Aujourd’hui, la Chaîne du Bonheur collecte des fonds pour financer des projets d'aide humanitaire, son moteur principal restant la SSR.

    Lorsqu’elle organise des journées nationales de collecte, la Chaîne du Bonheur exprime la solidarité et l’aide de la population de toute la Suisse. Or cela n’est possible que parce que la SSR lui ouvre gratuitement son antenne. La Chaîne du Bonheur n’œuvre pas comme organisation d’entraide, mais comme organisme de solidarité qui collabore actuellement avec 25 organisations d'entraide suisses.

    Les liens d’affinité qui unissent la Chaîne du Bonheur à la SSR se reflètent aussi dans le fait que le président du Conseil de Fondation émane toujours des cadres de la SSR.  De plus, RTS, SRF, RTR et RSI sont toutes représentées par un siège au Conseil de Fondation.