«Jeder Rappen zählt» 2009

Plus de 9 millions de francs de dons

  • 27.02.2010
  • Malaria (JRz 2009)

©Tdh Christian Brun

Deux mois et demi après la semaine de collecte «Jeder Rappen zählt !» littéralement «Chaque centime compte !», deux millions de francs supplémentaires ont été récoltés pour lutter contre la malaria. Le montant des dons atteint ainsi 9 114 335 francs. Du 14 au 19 décembre 2009, les radios et télévisions suisses alémaniques DRS 3 et SF ont organisé avec la Chaîne du Bonheur une grande opération pour attirer l’attention du public sur cette maladie infectieuse mortelle, mobilisant ainsi la population de Suisse alémanique. La radio de la Suisse italienne (RSI) a emboîté le pas à DRS 3 et SF et organisé une journée de collecte sur ses ondes le 6 janvier.

«Nous sommes ravis de ce résultat, d’autant plus qu’il devient de plus en plus difficile de collecter des fonds pour un problème latent, sans qu’une catastrophe ne fasse les gros titres de l’actualité», explique Priska Spörri, responsable de la communication à la Chaîne du Bonheur. Le montant récolté confirme une fois de plus la générosité et l’esprit de solidarité de la population de Suisse.

 

Six projets déjà évalués et approuvés

 

Tous les dons ont été intégralement remis à la Chaîne du Bonheur, qui travaille avec 30 organisations d’entraide suisses. La commission de projets de la Chaîne du Bonheur se réunit plusieurs fois par an pour évaluer les projets déposés en fonction des lignes directrices précises, puis les approuver ou les refuser. Cette commission rassemble de nombreux experts. Actuellement, six projets ont été approuvés: les projets de référence de Caritas Suisse et de Solidarmed au Mozambique et celui de la Croix-Rouge suisse au Laos, présentés lors de la semaine de l’opération. Puis viennent les initiatives de Solidarmed en Tanzanie, de Terre des hommes – aide à l’enfance au Sénégal et de Caritas Suisse en Somalie. Deux autres demandes de contribution ont été déposées et sont actuellement en cours d’examen par la commission: un projet de Médecins Sans Frontières Suisse (MSF) en Guinée Conakry et un autre de Caritas Suisse en Inde. Dix autres projets sont d’ores et déjà prévus.

 

La lutte contre la malaria en pratique

 

Concrètement, les initiatives visent à l’assèchement d’étangs (en tant que foyers potentiel de moustiques), la formation et la sensibilisation de la population sur les conséquences de la malaria et les possibilités de prévention, l’amélioration de l’alimentation des mères en danger et de leurs enfants, la protection contre les moustiques grâce à des moustiquaires et l’amélioration de l’accès aux médicaments contre la malaria. Parallèlement, le but est d’encourager la formation du personnel de soin, très actif dans la prévention et le traitement de la malaria, ainsi que la réhabilitation et le développement d’appareils médicaux  traditionnels pour prévenir ou soigner cette maladie. De plus, les pratiques médicales traditionnelles qui permettent de limiter la contagion de la mère à l’enfant seront soutenues. 

    La Chaîne du Bonheur est une fondation issue d'une initiative de SRG SSR | Partenariat & collaboration

    • Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»
    • Keystone
    • Swisscom
    • SRG SSR alt

    Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

    Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

    Depuis le 1er janvier 2011, les radios régionales romandes se sont unies pour soutenir activement les actions de collecte de la Chaîne du Bonheur.

    Plus d’informations sur les radios sous www.urrr.ch

    Keystone

    Keystone

     

    « Une image vaut mille mots » a dit Confucius. Grâce à son partenaire Keystone, l’agence photographique suisse active à l’échelle mondiale, la Chaîne du Bonheur accède gratuitement et en tout temps à une offre très vaste d’images d’actualité.  

    Keystone pose un regard helvétique sur notre pays et sur le monde. Une vingtaine de photographes permanents dans toute la Suisse et les agences partenaires internationales suivent de très près les nouvelles du moment. Poids lourd des agences photographiques en Suisse, Keystone possède par ailleurs une immense collection de documents sur l’histoire sociale de notre pays, soit près de 11 millions d’images d’archives.

     

    Swisscom

    Swisscom

    Sans le dispositif téléphonique de Swisscom, une journée de collecte nationale de la Chaîne du Bonheur serait impensable: de 120 à 150 lignes téléphoniques, subdivisées par région, acheminent les appels vers six centrales de collecte, elles aussi équipées par Swisscom. Plus de 70'000 appels ont ainsi été gérés de main de maître lors de la journée de collecte en faveur des victimes du tsunami. Swisscom offre cette prestation à titre gracieux lors des journées de collecte.
    L’internet comme vecteur de communication joue également un rôle central à la Chaîne du Bonheur. Aussi Swisscom SA soutient-elle chaque année le site de la Chaîne du Bonheur à concurrence d’un montant appréciable. Cela fait plus de soixante ans que Swisscom (ex-PTT) compte au nombre des partenaires fidèles de la Chaîne du Bonheur.

    SRG SSR

    SRG SSR alt

    La Chaîne du Bonheur a vu le jour en 1946 en Suisse romande. Conçue à l’origine comme une émission de radio, elle a dédié sa première collecte aux orphelins de la Seconde Guerre mondiale. Puis l’idée ayant pris de l’ampleur, la Chaîne du Bonheur devient une fondation en 1983, sous l’impulsion de SRG SSR. Aujourd’hui, la Chaîne du Bonheur collecte des fonds pour financer des projets d'aide humanitaire, son moteur principal restant la SSR.

    Lorsqu’elle organise des journées nationales de collecte, la Chaîne du Bonheur exprime la solidarité et l’aide de la population de toute la Suisse. Or cela n’est possible que parce que la SSR lui ouvre gratuitement son antenne. La Chaîne du Bonheur n’œuvre pas comme organisation d’entraide, mais comme organisme de solidarité qui collabore actuellement avec 25 organisations d'entraide suisses.

    Les liens d’affinité qui unissent la Chaîne du Bonheur à la SSR se reflètent aussi dans le fait que le président du Conseil de Fondation émane toujours des cadres de la SSR.  De plus, RTS, SRF, RTR et RSI sont toutes représentées par un siège au Conseil de Fondation.