Syrie

Victimes du conflit en Syrie : l'aide d'urgence se révèle complexe

  • 24.04.2015
  • Syrie

Près de 12 millions de Syriens ont été jetés sur les routes en raison du conflit qui fait rage dans leur pays. Huit millions d’entre eux sont devenus des réfugiés dans leur propre patrie et quatre millions ont passé la frontière pour s’installer dans les pays voisins. L’aide d’urgence se révèle d’une complexité hors norme, car la crise est appelée à durer.

Les projets conduits par la Chaîne du Bonheur et ses partenaires, en Syrie même et dans les pays voisins, doivent tenir compte, dans la mesure du possible, du contexte général et des bénéficiaires.

Les organisations partenaires travaillent en Syrie dans des conditions adverses et l’accès à la population est sans cesse entravé. Dans ces circonstances, seule une aide alimentaire à la survie peut leur être fournie.

Une aide à long terme et complexe
Dans les pays voisins de la Syrie, les organisations partenaires se préoccupent avant tout de la durée de la crise, qui ne manquera pas de leur poser des problèmes. L’aide d’urgence, qui est généralement un remède à court terme, dure maintenant depuis plusieurs années et la Chaîne du Bonheur, tout comme ses organisations partenaires, se voit contrainte de la reconduire sans cesse pour ne pas abandonner les gens à leur sort.

Trois quarts des réfugiés vivent hors des camps, dispersés dans des lieux à l’aménagement sommaire, chez des proches, dans des familles d’accueil ou dans des logements loués. Il leur est souvent impossible de s’installer durablement, en raison de leur statut, de leurs finances précaires et d’une situation en constante évolution. Leur porter durablement assistance devient presque une gageure.

47 projets d’aide d’urgence pour 450'000 personnes

Malgré ces énormes défis, les organisations partenaires de la Chaîne du Bonheur sont parvenues, grâce aux 19,5 millions de francs collectés à ce jour, à mettre en œuvre 47 projets extrêmement utiles, car ils financent, outre l’accompagnement médical et psychosocial des personnes traumatisées, l’aide alimentaire et le logement.

Pour ce qui est des programmes de transferts monétaires, les bénéficiaires reçoivent une carte de débit sur laquelle sont opérés régulièrement des virements d’argent. Ils peuvent disposer de cet argent et fixer des priorités en fonction de leurs besoins. La plupart d’entre eux s’achètent de la nourriture et des médicaments, ou paient leur loyer.

Pour éviter les tensions avec la population locale, les organisations partenaires intègrent dans leurs projets les familles d’accueil, dans la mesure du possible. Elles soutiennent également les communes dans leurs projets d‘infrastructure, celles-ci étant très sollicitées par le grand nombre de réfugiés.

La solution ne peut être que politique
Vu le drame qui se joue en Méditerrannée, l’aide en Syrie et dans les pays voisins est une nécessité, même si elle ne fait que soulager la souffrance, sans la résoudre. La seule issue possible est politique, elle doit être trouvée pour faire entrevoir un meilleur avenir à des millions de victimes.

    La Chaîne du Bonheur est une fondation issue d'une initiative de SRG SSR | Partenariat & collaboration

    • Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»
    • Keystone
    • Swisscom
    • SRG SSR alt

    Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

    Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

    Depuis le 1er janvier 2011, les radios régionales romandes se sont unies pour soutenir activement les actions de collecte de la Chaîne du Bonheur.

    Plus d’informations sur les radios sous www.urrr.ch

    Keystone

    Keystone

     

    « Une image vaut mille mots » a dit Confucius. Grâce à son partenaire Keystone, l’agence photographique suisse active à l’échelle mondiale, la Chaîne du Bonheur accède gratuitement et en tout temps à une offre très vaste d’images d’actualité.  

    Keystone pose un regard helvétique sur notre pays et sur le monde. Une vingtaine de photographes permanents dans toute la Suisse et les agences partenaires internationales suivent de très près les nouvelles du moment. Poids lourd des agences photographiques en Suisse, Keystone possède par ailleurs une immense collection de documents sur l’histoire sociale de notre pays, soit près de 11 millions d’images d’archives.

     

    Swisscom

    Swisscom

    Sans le dispositif téléphonique de Swisscom, une journée de collecte nationale de la Chaîne du Bonheur serait impensable: de 120 à 150 lignes téléphoniques, subdivisées par région, acheminent les appels vers six centrales de collecte, elles aussi équipées par Swisscom. Plus de 70'000 appels ont ainsi été gérés de main de maître lors de la journée de collecte en faveur des victimes du tsunami. Swisscom offre cette prestation à titre gracieux lors des journées de collecte.
    L’internet comme vecteur de communication joue également un rôle central à la Chaîne du Bonheur. Aussi Swisscom SA soutient-elle chaque année le site de la Chaîne du Bonheur à concurrence d’un montant appréciable. Cela fait plus de soixante ans que Swisscom (ex-PTT) compte au nombre des partenaires fidèles de la Chaîne du Bonheur.

    SRG SSR

    SRG SSR alt

    La Chaîne du Bonheur a vu le jour en 1946 en Suisse romande. Conçue à l’origine comme une émission de radio, elle a dédié sa première collecte aux orphelins de la Seconde Guerre mondiale. Puis l’idée ayant pris de l’ampleur, la Chaîne du Bonheur devient une fondation en 1983, sous l’impulsion de SRG SSR. Aujourd’hui, la Chaîne du Bonheur collecte des fonds pour financer des projets d'aide humanitaire, son moteur principal restant la SSR.

    Lorsqu’elle organise des journées nationales de collecte, la Chaîne du Bonheur exprime la solidarité et l’aide de la population de toute la Suisse. Or cela n’est possible que parce que la SSR lui ouvre gratuitement son antenne. La Chaîne du Bonheur n’œuvre pas comme organisation d’entraide, mais comme organisme de solidarité qui collabore actuellement avec 25 organisations d'entraide suisses.

    Les liens d’affinité qui unissent la Chaîne du Bonheur à la SSR se reflètent aussi dans le fait que le président du Conseil de Fondation émane toujours des cadres de la SSR.  De plus, RTS, SRF, RTR et RSI sont toutes représentées par un siège au Conseil de Fondation.