Syrie

Conflit en Syrie : un soutien financier direct pour les réfugiés en Jordanie

  • 03.05.2013
  • Syrie

En Jordanie, cinq organisations d’entraide partenaires de la Chaîne du Bonheur accordent un soutien financier direct aux réfugiés syriens. Cette méthode n’a rien de nouveau dans le cadre de l’aide humanitaire mais méritait une mise au point et un partage de connaissances entre les organisations afin d’harmoniser et de coordonner leurs actions.

Le conflit en Syrie a des incidences de grande ampleur dans les pays frontaliers par le mouvement de réfugiés qu’il génère. En Jordanie, ils sont plusieurs milliers à entrer chaque jour et à s’entasser dans les camps. Mais les réfugiés investissent aussi les villes, ce qui exige un soutien adapté à la situation des réfugiés dans ce pays - peut-être moins connu du public mais néanmoins courant - de la part des organisations d’entraide : un appui financier direct (cash assistance) sous forme de distribution d’argent, de cartes de crédit avec un montant disponible par mois ou encore des bons d’achats.

Fraîchement revenu d’une visite en Jordanie, Manolo Caviezel, chargé de projets pour la Syrie à la Chaîne du Bonheur, résume l’avantage de cette activité: « Grâce à cette assistance financière directe, les bénéficiaires subviennent à une partie de leurs besoins en fonction de leurs priorités et peuvent aussi mieux s’intégrer au sein de la communauté locale urbaine. Ils peuvent ainsi payer leurs loyers et acheter de la nourriture, et de ce fait favoriser le commerce local. » Le but est donc simple : répondre efficacement aux besoins des réfugiés tout en les responsabilisant.

Des conditions préalables

Pour que ce système fonctionne, des conditions préalables doivent être remplies dans le pays d’accueil : stabilité et sécurité, infrastructures adéquates, système bancaire opérationnel. Deux des cinq organisations d’entraide avaient déjà fait l’expérience convaincante de cette approche en Jordanie par le passé.

En outre, des critères sociaux de sélection de bénéficiaires prioritaires sont aussi établis par les organisations d’entraide en Jordanie : femmes seules avec enfants, handicapés, familles nombreuses, entre autres.

Vers une harmonisation de l’approche

Compte tenu du nombre d’organisations qui s’impliquent dans des programmes de cash assistance en Jordanie, la Chaîne du Bonheur a jugé nécessaire la tenue d’un séminaire sur le sujet. Il a eu lieu fin avril avec ADRA, Caritas, la Croix-Rouge suisse, Medair et Terre des hommes – aide à l’enfance. Ainsi, si la méthodologie est identique, la mise en œuvre des programmes par les organisations d’entraide diffère.  Manolo Caviezel conclut: « Cette rencontre de près de trois jours a permis d’envisager des pistes dans le but d’harmoniser et de mieux coordonner cette forme d’aide avec tous les acteurs en jeu ; un échange d’information continu a aussi été favorisé dans un souci permanent d’aider au mieux le bénéficiaire. »

    La Chaîne du Bonheur est une fondation issue d'une initiative de SRG SSR | Partenariat & collaboration

    • Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»
    • Keystone
    • Swisscom
    • SRG SSR alt

    Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

    Convention «Radios régionales romandes et Chaîne du Bonheur»

    Depuis le 1er janvier 2011, les radios régionales romandes se sont unies pour soutenir activement les actions de collecte de la Chaîne du Bonheur.

    Plus d’informations sur les radios sous www.urrr.ch

    Keystone

    Keystone

     

    « Une image vaut mille mots » a dit Confucius. Grâce à son partenaire Keystone, l’agence photographique suisse active à l’échelle mondiale, la Chaîne du Bonheur accède gratuitement et en tout temps à une offre très vaste d’images d’actualité.  

    Keystone pose un regard helvétique sur notre pays et sur le monde. Une vingtaine de photographes permanents dans toute la Suisse et les agences partenaires internationales suivent de très près les nouvelles du moment. Poids lourd des agences photographiques en Suisse, Keystone possède par ailleurs une immense collection de documents sur l’histoire sociale de notre pays, soit près de 11 millions d’images d’archives.

     

    Swisscom

    Swisscom

    Sans le dispositif téléphonique de Swisscom, une journée de collecte nationale de la Chaîne du Bonheur serait impensable: de 120 à 150 lignes téléphoniques, subdivisées par région, acheminent les appels vers six centrales de collecte, elles aussi équipées par Swisscom. Plus de 70'000 appels ont ainsi été gérés de main de maître lors de la journée de collecte en faveur des victimes du tsunami. Swisscom offre cette prestation à titre gracieux lors des journées de collecte.
    L’internet comme vecteur de communication joue également un rôle central à la Chaîne du Bonheur. Aussi Swisscom SA soutient-elle chaque année le site de la Chaîne du Bonheur à concurrence d’un montant appréciable. Cela fait plus de soixante ans que Swisscom (ex-PTT) compte au nombre des partenaires fidèles de la Chaîne du Bonheur.

    SRG SSR

    SRG SSR alt

    La Chaîne du Bonheur a vu le jour en 1946 en Suisse romande. Conçue à l’origine comme une émission de radio, elle a dédié sa première collecte aux orphelins de la Seconde Guerre mondiale. Puis l’idée ayant pris de l’ampleur, la Chaîne du Bonheur devient une fondation en 1983, sous l’impulsion de SRG SSR. Aujourd’hui, la Chaîne du Bonheur collecte des fonds pour financer des projets d'aide humanitaire, son moteur principal restant la SSR.

    Lorsqu’elle organise des journées nationales de collecte, la Chaîne du Bonheur exprime la solidarité et l’aide de la population de toute la Suisse. Or cela n’est possible que parce que la SSR lui ouvre gratuitement son antenne. La Chaîne du Bonheur n’œuvre pas comme organisation d’entraide, mais comme organisme de solidarité qui collabore actuellement avec 25 organisations d'entraide suisses.

    Les liens d’affinité qui unissent la Chaîne du Bonheur à la SSR se reflètent aussi dans le fait que le président du Conseil de Fondation émane toujours des cadres de la SSR.  De plus, RTS, SRF, RTR et RSI sont toutes représentées par un siège au Conseil de Fondation.